Sommaire du site

Votre ville, Saint-Satur

Vie pratique

Education & social

Les commerçants & les artisans

Tourisme, culture & sport

On fait quoi à Saint-Satur…

Menu de navigation

Rechercher dans le site
Rechercher
dans le site
Origine du vignoble sancerrois

Saint-Satur, berceau du vignoble.

Le visiteur, après avoir franchi la Loire sur le pont de Saint-Thibault, dont le port marinier, bâti sur l’emplacement de l’antique Gordona, fut utilisé bien des fois pour le transport des vins jusqu’à Paris, atteindra, par les rues étroites de la cité de Saint-Satur, bâtie au flanc d’un coteau, l’imposante église abbatiale… Non pas ruine, mais église inachevée. De sa masse, l’édifice préside le pays, le dominant, surplombant tous les toits.

Son histoire est liée à celle d’un monastère rayonnant et à ses moines, bâtisseurs et défricheurs. Ce sont eux, ces moines Augustins qui, après les grandes invasions barbares, ont remis la vigne à l’honneur sur notre vieux sol. Au sens propre, ils ont été les “pères de la vigne” (patres vinearum).

Saint-Satur, avec son abbaye, est donc bien le berceau du vignoble.

Les moines Augustins de Saint-Satur avaient un terrain éminemment propice à la création de vignobles. Ils se sont efforcés d’intensifier la viticulture sur leurs vastes dépendances. Leur enclos abbatial, à la situation privilégiée, a produit les meilleurs vins de nos terroirs : une réputation que les auteurs anciens ont soigneusement entretenue.

C’est Jean Chaumeau qui, dans son Histoire de Berri (1566), écrit que “toute la grande cueillette de ce lieu (Saint-Satur) consiste en vin dont les habitants de la ville et autres bourgs font grand trafic par terre et par eau”.

Un siècle après, en 1689, Gaspard Thaumas de la Thaumassière vante les vins “excellents et savoureux” de Saint-Satur “entre lesquels est recommandable le vin de la Plante de l’Abbé et du Sacristain de l’Abbaye, l’un des plus exquis du royaume”.

Un vin léger, rouge ? ou blanc ?… Car la paroisse de Saint-Satur fait d’excellent vin rouge et blanc, écrivait, en 1777, le bon curé historien Poupard au livre IV de son Histoire de Sancerre, publiée en 1777. Le rouge est potable dès qu’il est fait ; il est le plus vif du pays, défiez vous-en ; il porte à la tête !

L’histoire de la vigne en nos contrées est intimement liée à l’histoire de l’abbaye de Saint-Satur. C’est ce monastère qui créa tous les grands vignobles qui depuis dix siècles couvrent nos coteaux et produisent aujourd’hui un vin prestigieux.
A Sainct Satur soubz Sancerre,
Dont Villon ne parle en vain
Cher, irons-nous vider verre
De ce léger vin

Les clos de Saint-Satur invitent au rêve depuis le Moyen-Age. Des noms enchanteurs évoquent la vigne, plantée sur les coteaux d’un val fleuri bordé de maisons.
La toponymie conserve trace des anciens vignobles dont certains ont conservé leur désignation d’origine : Les Batailles – Les Braies – Les Burettes – Le Chaillou Tue-Chien – Les Conduits – La Cresle – Les Eaux-Bues – La Porte du Clos – La Vicairie.

Extrait de “Saint-Satur, lumière de la ville” de Fernand Foucher

Rechercher dans le site
Rechercher
dans le site

Mairie de Saint-Satur
36, rue du Commerce
18300 Saint-Satur

tél. 02 48 54 02 61
fax 02 48 54 08 13